Le récit du parfum accessible à tous...

« Sur la route des vacances, la voiture débordante d’affaires indispensables et serrés comme sardines en boite, nous avons roulé longtemps. Parfois en chantant, souvent en râlant : mais qu’en est-ce qu’on arrive ?

Nationale 7, fenêtres ouvertes afin de profiter du paysage, j’ai capté les effluves des vallées et des champs. L’odeur des forêts sombres et celle des blés et du folle-avoine sous le soleil d’été. Celle de l’humidité et de la sècheresse. Entre douceur et rugosité. »

En quelques lignes brèves j’ai griffonné une formule, l’esquisse d’un paysage, le début d’une histoire.

L’Eau des Beaux Jours….

Une formule en apparence simple, accessible à tous…mais pourquoi?

Pour mieux appréhender le travail créatif du parfumeur, dont le métier peut être comparé à celui d’un romancier : il vous fait croire que l’histoire est vraie !

Ce n’est pas le travail d’un journaliste qui enquête, découvre et vérifie ses sources, puis expose des faits. Ainsi, je ne cherche pas à reproduire une « vraie» odeur. Par exemple, celle du foin coupé sur la route des vacances, à la molécule près. Je ne réalise pas de reportage olfactif. Je recherche de l’émotion, je souhaite ouvrir le champ des possibles.

La personne qui sent ce parfum va inventer, imaginer, s’approprier la suite.

Une histoire sans fin, composée de souvenirs, de rêves et de désirs.

Parfumeur c’est un peu ça : s’inspirer du quotidien, inventer un langage et imaginer une fable éphémère, abstraite, odorante, qui manipule vos émotions les plus intimes, et laisse des traces indélébiles dans votre mémoire !

Une formule de parfumeur n’est pas un simple empilement de matières premières de grandes qualités olfactives.

 

L’Eau des Beaux Jours…

Une formule en apparence simple, accessible à tous, pour découvrir le vocabulaire olfactif et appréhender le concept du rapport d’odeurs, qui est le cœur du métier du parfumeur.

Un savoir-faire qui ne s’improvise pas et qui demande des années d’apprentissage et d’essais plus ou moins réussis. Le rapport d’odeurs crée le récit. C’est la trame du parfum, sa signature.

 

L’Eau des Beaux Jours est en libre accès : vous constaterez si vous la reproduisez chez vous, ou bien à l’usine, que le résultat varie.

Vous pouvez faire ce même constat lorsque vous reprenez la recette d’un chef cuisinier, vous constaterez de légères variations. Ou bien lorsque vous interprétez au Piano la Sonate au Clair de Lune de Debussy, les interprétations sont multiples, pourtant les notes sur la partition sont pour chacun les mêmes.

by Céline Ellena